La schizophrénie compassionnelle

Publié le par Jean Christophe Bataille

 

 

 

 

Souffrons-nous depuis vingt ans de schizophrénie compassionnelle ? Je suis tenté de le croire. Le misérabilisme et la commisération virtuelle véhiculés en permanence par de nombreux hommes politiques, philosophes ou journalistes ont envahi nos écrans et nos ondes en démonstration racoleuse d'une compassion collective.  Le chacun pour soi n'a pourtant jamais été aussi présent. Et la solidarité, lorsqu'elle s'exerce, est le plus souvent institutionnelle, étatique et totalement déresponsabilisée. Ce prêche médiatique grossièrement instrumentalisé n'est-il pas un leurre face à nos égoïsmes intergénérationnels, corporatistes ou communautaires à l'échelle individuelle ? Les seuls effets notables de cette hébéphrénie ne sont-ils pas la tentation d'une répartition pénurique suicidaire et une dépression collective qui nous emportent progressivement vers la queue du peloton des puissances économiques ? N'est-ce pas là toute la différence entre une pensée de principe à la française et un raisonnement factuel à l'anglo-saxonne ? Pour illustrer mon propos, je voudrais citer cette phrase écrite à destination des sempiternels donneurs de leçon par un spécialiste des schizophrénies humaines et sociétales :

 

Il est plus facile de professer en paroles un humanisme de bon aloi, que de rendre service à son voisin de palier.

Henri Laborit.

 

Publié dans La question du jour

Commenter cet article

LUI 12/02/2007 14:29

je ne suis pas sûr que parmis nos bons con citoyens il n'y en ait pas qui seraient disposés a abréger les souffrances de "blessés "
(",")

marichkA 12/02/2007 08:59

Bonjour,
Très bonne analyse, c'est si vrai !!!
Je te souhaite une bonne journée
à bientôt
marichkA
Puis-je le diffuser également ?

AL 11/02/2007 15:23

Alors ça, c'est malheureux je trouve, mais bien vrai!

Annak 10/02/2007 19:07

Oh ben non :( "Il est plus facile de professer en paroles un humanisme de bon aloi... " C'est une des grands talents des Français, on ne va pas leur enlever ça quand même !

Mathéo 10/02/2007 15:35

Je reconnais que cette phrase est pleine de bon sens !