La liberté d'expression

Publié le par Jean Christophe Bataille

 

 
 
Je l’avoue, peu de propos me scandalisent. Je me sens capable d’entendre les mots les plus stupides, les plus indigents, les plus séditieux ou les plus haineux, même si j’en suis l’objet. En revanche, les nouvelles lois imposées par le législateur contre les mots m’ont toujours paru dangereuses. Tout d’abord parce que le bâillonnement des provocateurs ne les fait pas disparaître. Pire, il les dissimule ! ... Et museler la parole n’a-t-il pas pour effet de radicaliser la pensée ? Ensuite, la judiciarisation des mots est sans fin. Pourquoi tel lobby serait-il protégé et pas un autre ? ... Enfin, la condamnation des mots est souvent sélective. Je suis par exemple surpris de voir que les combattants pour la liberté d’expression en sont parfois les premiers censeurs. Les gens qui font actuellement circuler une pétition pour que Pascal Sevran soit sanctionné ne sont-ils pas ceux qui condamnaient la fatwa contre Redeker ? ... C’est ma question du jour.

 

Réponse à certains commentaires. Il n'est pas question de ne pas lutter contre les débordements. Contestons les avec vigueur et le plus librement possible. Mais les mots sanction et fatwa ne sont-ils pas à l'opposé de la liberté d'expression ?

 

Publié dans La question du jour

Commenter cet article

Maglite 20/12/2006 10:10

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Le poids du "politiquement correct" sur la liberté d'expression va mener à l'inverse de l'effet désiré. Ce n'est pas parce que nous allons condamner des propos que nous allons empêcher les gens de les penser. Et s'ils ne peuvent plus s'exprimer comment allons nous dialoguer avec eux et peut être les faire changer d'avis ? N'oublions pas qu'alors la seule possibilité d'expression qui leur restera sera l'anonymat des urnes et il ne faudra pas s'étonner devant le résultat des élections.

daniela 17/12/2006 03:08

L'homme assit sur sa branche, au dessus du vide, n'envisage la précarité de sa situation qu'en terme monétaire...
Quand comprendra-t-il que la seule richesse qu'il possède est liée à la lucidité qui semble malheureusement l'avoir abandonner au profit d'une cupidité toujours grandissante.

L'on peut imaginer sans faire trop d'erreur qu'il ne cessera donc de scier cette branche qu'une fois que l'arbre de l'évolution se sera débarrassé bien malgré lui de se parasite bien stupide.

Voyez quelles solutions affligeantes il expérimente contre la surexploitation de son environnement!

- L'agrandissement utopiste de l'espace vitale par le développement ou terraformisation puis la colonisation de milieux stériles. (Conquête spatiale...)

- Le Carrousel ou élimination programmée des séniors et des autres improductifs pour limiter les déficits, à la reproduction de fictions telles "Age de Cristal" (Logan's run) ou "Soleil Vert" et d'autre images que l'on aurait préférés fictionnelles, comme celles rescapées de tout les ismes... du Stalinisme au Nazisme en passant par le Catholicisme, le Judaïsme, l'Islamisme et tant d'autres systèmes aussi corrompus que corruptibles pour lesquelles l'homme n'a pas plus de valeur que la masse avec laquelle il doit briser non ses chaînes mais les pierres pour "enfer" poussières qui recouvriront son tombeau...

- Le si contesté et donc irréalisable contrôle volontaire des naissances, grâce à l'éducation, la rationalisation, l'écologie. (Adapter la natalité en fonction des ressources disponible et non l'inverses).

- Le contrôle arbitraire ou eugénisme pratiquer à l'insue des minorités ethniques et autres communautés considérées comme parasite des états.
- Guerres secrètes ou déclarés... (conventionnelles, chimiques, bactériologiques, nucléaires, biologiques...).

- Épidémies provoqués par les dirigeants ou les multinationales sur leur propres sujets.

- Infernalisation volontaire du paradis dans lequel nos ancêtres on prospérer pour dissuader la population de se perpétuer, en empoisonnant l'air, l'eau, la nourriture et multipliant les causes d'insécurités.
La dangerosité de tout déplacement, la précarisation des conditions de vie par la désolidarisations et l'individualisme élevé au rang de religion favorisant la suppression des libertés et autres avantages durement acquis par le sacrifice de nos ainées.

daniela 16/12/2006 17:55

La mesquinerie des inquisiteurs aura beau pester et piétiner les verres du "poète",
crever ses yeux, couper ses mains,
arracher ses plumes et sa langue,
clouer rageusement son bec,
bruler ses écrits, lapider ses disciples
et moquer ses enseignements,
la vérité sera toujours criante,
même pour les sourds,
et les bas du plafond.

Les idées ne meurent jamais,
elles se perdent seulement dans l'infinie,
nous revenant parfois tel l'écho porté par le vent bien au delà de l'usure du temps,
traçant des ponts vers la lumière et le génie.

daniela 16/12/2006 14:33

Honte plutôt à ceux qui confondent le message avec le messager.
Le seul blâme qu'on puisse lui infliger n'est pas pour l'offense de ses propos mais pour avoir affirmer une évidence que personne n'ose dire, écrire ou entendre mais qui reste une évidence malgré tout. N'a-t-on pas pousser sur le bucher pour moins que ça en affirmant que la terre est "ronde" alors qu'en fait elle est sphérique, que tout les être humains quelques soit leur couleur, leur religion, leur genre ou leur sexualité devaient avoir les mêmes droits?

Si Pascal est maintenant brancardé comme la personnalisation de l'horreur sur terre, c'est avant tout par le retour de "l'ordre moral" qui ne pouvant pour le moment l'attaquer sur son homosexualité affichée et assumée, utilise l'argument fallacieux et plus poliquement correct du racisme pour excommunier le "pervers sodomite".

Je peu en dire quelque chose quand les mêmes monteur de cabale font de même sur Wikipédia, jouant les Kapos en utilisant tout les prétextes possibles pour en chasser les éléments libre-penseurs, anarchistes, homos, trans, goudous et autres "déviants" par des procédés staliniens afin qu'aucun médiats ne puisse échapper à la dictature de la pensée unique.

Cristophe 16/12/2006 02:41

Dans le cas des professeurs d'histoire révisionnistes, je trouve la sanction bienvenue.
Sinon, la meilleure des sanctions est une avalanche de mépris.