La foi.

Publié le par Jean Christophe Bataille

 

 
 
 
Je réponds à la question posée hier par Gérard sur son blog : Croyez-vous en Dieu ? ... Délicat sujet ... Chacun abrite en soi une réponse. Je vous donne la mienne à travers l'extrait d'un manuscrit sur lequel je travaille à temps perdu. Ma réflexion sur la foi a commencé très tôt. J'étais interne dans un pensionnat catholique ...
 
 
Le soir, lorsque la lumière du dortoir s’éteignait, alors que mes compagnons d’infortune chahutaient d’un lit à l’autre, j’essayais d’imaginer un monde où rien n’existait, visible ou invisible … C’était impossible ! Ce rien était toujours quelque chose ... J’appréhendais  sans le savoir et à neuf ans, la notion angoissante s’il en est, du néant d’impossibilité. Je découvrais ce vide absolu qui s’évertuait à ne pas exister …
Ce vertige revint me hanter plus tard lorsque je lus le poème de Parménide : « L'être est, le non-être n'est pas ; le vide est-il être ou non-être ? » … La raison et la logique étant l’ingrédient principal de ma cuisine, je m'efforcai d'y réfléchir. L’espace, le temps, le mouvement qui est l’évolution de l’espace dans le temps, l’énergie qui la rend possible, le hasard qui guide cette évolution, le fait même que nous puissions penser, imaginer tout cela, sont des choses … D’où viennent-elle ? Je pressentais que Dieu n’apparaissait qu’à posteriori dans la réponse et qu'il constituait une solution peu satisfaisante. Je constatais sans difficulté que si tout avait été créé par un être divin, l’existence de ce dernier n’avait aucune explication … Or pour moi, Dieu appartenait au tout, et l’explication de l’existence du tout devait porter sur tout, y compris sur son éventuel créateur. J’eus l’impression de faire une découverte essentielle : l'incroyable  paradoxe de la création. Je me sentais responsable de ce terrible secret que personne autour de moi ne semblait avoir percé. Tous croyaient en Dieu alors que je ne lui accordais aucun crédit …
Quelques années plus tard, un prêtre m’expliqua que Dieu était sa propre cause … Causa sui. Il était ce qui était, ce qui avait été et ce qui serait. C'était ça l'éternité … Dieu était parfait, il ne pouvait donc avoir été engendré par quiconque, car le seul être qui aurait pu le créer dans sa perfection absolue ne pouvait être que Dieu lui même ! … Causa sui ! insista-t-il. Balivernes et cabrioles ! pensai-je, car si Dieu était le monde, ce dernier n’avait pas de créateur et l’univers existait depuis toujours. Si ma conclusion paraissait logique, ce monde infini dans le temps et dans l’espace me semblait encore difficile à admettre. Je confiais donc mes interrogations au père Cornillon … Mais il fut incapable de me répondre, et me trouva très compliqué. Entre l’absurdité de la genèse et le mystère de l’éternité, je décidai que le monde n’avait jamais été créé.
 
 
Et vous ... Un évènement particulier de votre vie d'enfant ou d'adulte vous a-t-il aidé à forger votre conviction ?
 
 

Publié dans La question du jour

Commenter cet article

AL 06/11/2006 00:38

Bah, moi j'crois en pleins d'choses pour avoir eu une âme qui a fait un bon d'un monde à l'autre... Aujourd'hui le plus du pour moi c'est d'être dans un monde de haine, alors que l'autre n'est qu'Amour... ça n'me dérange pas d'en parler, au contraire, j'en parle beaucoup car ça m'importe peu ce qu'on penserait de moi, mais c'est un peu long et pour me faire comprendre c'est pas vraiment ça...
Je dirai juste que pour moi Dieu est une grande Puissance que j'appelle l'Amour, qu'il est en tout l'monde, toute chose... et que plus on est ouvert, à faire de bonnes actions, a avoir de bonnes intentions, tolérent, respectueux, plus on s'approche de lui, et parfois même, on le trouve en soi....
bonne semaine tit JC... je suis en retard sur tes articles, mais je reviendrai...
Bises

Natserolf 02/11/2006 15:42

Si nous allons vers la croyance, que faisons-nous de notre histoire, de nos passés, chacun peut croire en se qu'il veut, mais que faites-vous des ossements que nous retrouvons. C'est comme créer un autre nom de vile, de famille, de pays. Nous laissons notre passé derrière nous. Mais un aflux de débats peut être réaliser en ce moment. La religion exsiste-t'elle? Ne sert-elle pas à gagner de l'argent sur le dos de pauvres gens qui ont fois en une personne? Mais mon avis reste le mien. Je n'empècherais personne de croire.

Bénédicte 01/11/2006 13:43

je préfère croire en Dieu plutôt que dans les hommes.

Barulaïre 31/10/2006 09:17

Bonjour,
oui les réflexions enfantines sont déterminantes, quel que soit le milieu enbiant. J'ai eu, je crois, la chance de ressentir dans l'enfance une très grande force en moi ; je n'ai su l'exprimer (plus tard quand je me suis décidée à en parler) autrement que par ces mots : "j'ai en moi comme un néon indestructible qui va de ma gorge à mon nombril"... et ce "néon" était moi...
Je ne comprends toujours pas ce désir si fort de croire à quelque chose au-dessus de soi.
Et non pas avoir peur d'une hypothétique éternité (que je trouverais au contraire rassurante), je me suis surtout demandé ce qu'il pouvait y avoir avant...

:0091: 30/10/2006 23:59

oui................