Les facéties d'Hippocrate - Morceaux choisis - La séduction.

Publié le par Jean Christophe Bataille

 
 
LA SÉDUCTION

 

 

 

            Lui, c’est un personnage. Cinquante ans à peu près, un visage avantageux, petit, des cheveux très bruns coupés court et un charme latino. Ses yeux sont d’un noir de braise. Directeur d’une banque locale. Il porte le costume avec élégance. Un urbain racé ! Depuis que je le connais, il baratine à la ronde. Les secrétaires ! Les gens dans la salle d’attente ! Le monde entier ! Même moi, il m’embobine !

            Il enjôle, flatte, amuse. La relation avec les autres, c’est sa vie. C’est un chaud, par ailleurs ! Et il a une nette préférence pour les gonzesses.

            Quand j’arrive à l’accueil, il est en pleine discussion avec Stéphanie… Et il ne parle pas taux de crédit, ni de plan d’épargne logement. Ma secrétaire a les yeux qui roucoulent. Et lui, il a pris sa mine du diable. Son air le plus tentateur, son sourire le plus envoûtant. Et il la fixe droit dans les mirettes. Comme pour harponner son âme ! Un vrai tombeur.

            Je les dérange en pleine pâmoison :

            — On y va ?

            — Déjà ? plaisante-t-il.

            Stéphanie manque de reprendre à l’unisson.

            Elle aime les vieux, Stéphanie. Vingt ans de plus qu’elle, c’est son habitude. Elle dit que ça la rassure.

            J’embarque son Roméo.

            Il n’est pourtant pas folichon Capulet. Il lui manque un bon mètre d’intestin après un infarctus mésentérique. Maintenant il souffre d’une pancréatite chronique ! Mais il s’en fout, le bourreau des cœurs. Il continue de faire de la moto, du cheval, des week-ends à la mer avec ses maîtresses. Le futur ? Il ne sait pas ce que ça veut dire. Si son truc s’aggrave, il se flingue ! Comme Hemingway ! Un Mojito dans la lampe et une balle dans le cigare ! La Havanaise ! La vie, c’est tout ou rien…

            C’est un hyperactif. Même en ce qui concerne sa maladie ! Il sait tout des nouveaux médicaments en même temps que moi. Il lit, compulse la presse médicale. Il ne se laissera pas terrasser comme ça ! C’est lui qui m’a parlé de son nouveau traitement alors qu’il n’était disponible qu’à l’hôpital. Il y a fait un petit séjour pour refaire le point. Et dès la sortie, il est retourné à sa vie de patachon. C’est vrai qu’il abuse un peu de tout, mon banquier : clopes, alcool, sexe. Il ne sait pas vivre autrement…

            On en finit rapidement avec son ordonnance. Je le ramène au secrétariat. Stéphanie l’attend avec un sourire polisson, libertin. Il lui manquait déjà, son Casanova !

            Qu’ils en profitent ! J’ai à peine le temps de fuir qu’il lui file un rencard.

            Il va la sauter facile, ma collaboratrice, l’hidalgo !

            Si ce n’est pas déjà fait…

Commenter cet article

morganedesfees 22/10/2006 23:11

une fois de plus jolie portrait la suite !! et elle vous aimerait stephanie

kéline 18/10/2006 04:09

plutôt sympa ce vieux séducteur si bien décrit!!!

Sith 17/10/2006 15:45

un petit brin de jalousie ? :)

@lain 16/10/2006 08:29

Peut être que dans une deuxième vie je serai comme ca aussi : mince, grand, l'oeil polisson et que toutes les femmes tomberont amoureuses de moi ... mais ca c'est dans une deuxième vie ... si elle existe ... et puis il est pissible de rêver, le rêve ne coûte rien !

Bonne journée
@lain

Sister of Night 16/10/2006 01:18

Bonjour Jean-Christophe,
Vivre à cent à l'heure, défier le temps qui passe, sauter sur toutes les opportunités. Finalement, qui n'en rêve pas ? Il a raison le bougre, mieux vaut 50 ans d'une vie bien remplie que 80 ans d'ennui profond.

Sister "la même chose SVP !"