Les facéties d'Hippocrate - Morceaux choisis - La métropole

Publié le par Jean Christophe Bataille

 

 

 

LA MÉTROPOLE

 

             Quel beau sourire, ma patiente ! Une vraie liane en plus ! Noire ! Elle vient de la Guadeloupe. Elle consolide les relations de la communauté d’Outre-mer avec la France continentale. Elle est en mission… Un travail énorme à rédiger sur les relations des territoires avec la métropole ! Elle a au moins dix pages à écrire cette année. Six mois qu’elle est là ! Elle en a déjà fait cinq. Elle est dans les temps. Le planning, c’est fondamental !

            Comme chez tous les gens qui travaillent dur, c’est le dos qui a pris. Pourtant, il a la croupe sacrément bien taillée, le forçat.

            Le bagne d’avant, c’était Cayenne. Aujourd’hui, c’est l’inverse. On rédige des thèses en France et on supporte le temps gris, l’humeur maussade. À la différence près que les bagnards de Guyane ne récoltaient que des coups de pied au cul. Mon étudiante en coopération, elle touche le SMIC pour ses dix pages. Ça la change : ses parents, c’est le RMI ! Une vraie promotion sociale.

            Ses travaux forcés ne l’empêchent pas de se marrer après chaque phrase. Dans son île, on lui a appris la joie de vivre. Ça ne se perd pas comme ça.

            Elle ressemble à certaines athlètes américaines. Celles qui refusent encore de se doper ! Souple, élancée, charpentée ! Ses cheveux sont plaqués savamment sur le crâne, arrangés en une multitude de tresses fines. Un joli visage !

            C’est pas facile de lui examiner le dos ! J’ai l’impression de manipuler du caoutchouc. Une plastique pareille, je la souhaite à tous mes patients. Je me rends à l’évidence : elle n’a définitivement rien. Elle s’emmerde juste un peu dans sa carrée d’étudiante. C’est bien, ces programmes de thèse, mais il lui manque la plage, le soleil et l’amour. Elle a bien rencontré quelques mecs. Mais elle les a à peine vus passer. Ils ont fait leur truc comme des lapins. Et ils se sont cassés comme des voleurs. Pas même eu le temps de discuter…

            — Les gens ici, ils sont toujours pressés ! constate-t-elle.

            Je confirme. Et je lui dis que moi aussi ! Qu’heureusement, j’ai de temps en temps de vrais malades !

            Je la renvoie à sa sixième page…

Commenter cet article

François 09/10/2006 22:14

Quel plaisir de lire ces chroniques douces amères et pleines d'humanité, de respect, de tendresse.

nicopaul 09/10/2006 21:55

Comment l'est trop génial votre blog doc'. J'ai une question, je profite hein, je vais pas me géner, z'etes de garde ce soir ? Alors voila, j'ai un super gros zizi et je voudrais le faire racourcir, est ce que c'est possible ?
... ah bah c'est fin ... :D.
Un passant qui passait comme un coup de vent, avec le sourire simple d'un gamin qui s'amuse du sérieux des grands.

AL 09/10/2006 21:53

Y des fois j'me demande si ça arrive aux médecins d'être contents... :-)... Mais peut-être que c'est simplement celui qui tient l'crayon qu'a l'esprit cinique ;-P

mkdeo 08/10/2006 23:54

Hello !!
Elle à même pas une hyperlordose avec conflit au niveau des articulaires postèrieurs?
allez, à plus !!

Jean Christophe Bataille 09/10/2006 00:48

Je suis impressionné. Tu as lu le compte-rendu radio de ta grand mère ? ;-)

Grenouille de Bénitier 08/10/2006 23:31

Les aventures d'un médecin ont l'air d'attirer beaucoup de monde et de commentaires... euh, pas de commentaires sur les commentaires (j'ai déjà assez d'ennemis comme ça !).

Jean Christophe Bataille 08/10/2006 23:40

Qui n'a pas d'ennemi n'a pas d'ami ...