Les facéties d'Hippocrate - Morceaux choisis - Outing

Publié le par Jean Christophe Bataille

 

http://media-cdn.tripadvisor.com/media/photo-s/01/5a/f5/47/the-bar-at-the-globe.jpg

 

OUTING

 

 

            Il tient un bar, celui-là. Un type pas mal, l’air bien dans sa peau.

            C’est l’épaule droite douloureuse … À force de servir des canons ! Les bouteilles sont toutes accrochées au-dessus de sa tête avec des doseurs. Il doit, toute la journée, pousser ses verres vers le haut pour les remplir. Il alcoolise ses clients. Il le sait ! Pas mal de jeunes, souvent désœuvrés, oisifs… Ils tapent le carton, parlent de gonzesses, préparent des mauvais coups. Lui, il s’en fout, il pousse les verres, encore et encore… Et ça lui nique l’épaule.

            Il se dépoile, me montre son torse. En voilà un qui fait un peu de gonflette. Il arbore fièrement le pectoral, porte beau le deltoïde ! Il contracte légèrement le biceps lorsque je m’approche. Je trouve ça con !

            J’entame, histoire de dire quelque chose :

            — Ça fait un moment que je ne vous ai pas vu.

            — C'est pourtant pas l’envie de venir qui m’a manqué, réplique-t-il.

            Je réponds, ingénu :

            — N'hésitez pas. À quoi sert de souffrir !

            — Surtout que j’ai beaucoup d’estime pour vous.

            — Merci…

            — Vous ne pouvez pas savoir…

            Je reste coi, perplexe, l’incertitude à l’esprit. Je mobilise l’articulation sensible.

            — Tu vois… C’est là que ça me fait mal, me dit-il avec douceur.

            Voilà qu’on se tutoie maintenant ! Mes doutes se confirment. Moi, je suis un hétérosexuel convaincu, voire rigide. L’expérience homo, je ne l’ai jamais pratiquée. Et ça me bloque carrément. Il faudra un jour que j’explore mon subconscient à ce sujet. Je comprends à cet instant ce que peut ressentir un mec comme moi qui arrive en taule au milieu de types invertis et en manque de sexe. Je suis embêté, mais je le tutoie aussi, pour ne pas faire bégueule, mais aussi pour donner à son avance, le simple ton de la convivialité, de la simplicité.

            Il me sent sur la défensive, mon malade ! Il comprend ! Il a vite analysé le truc ! Je n’en suis pas !

            Je lui donne mes soins, méfiant tout de même. Il a l’air gêné… Un quiproquo ! Plus vite la consultation sera torchée, mieux ce sera pour tout le monde. Tout se fait à la va-vite.

            On se sert enfin la main. Il déguerpit.

            Je sais que je ne le reverrai plus…

 

Commenter cet article

el greco 09/11/2006 13:06

Merci de ton passage sur les sentiers de mon Blog voyageur!

Kimberley t'attends pr la suite du voyage...

@++ et bravo pour ton Blog

Roanne 01/10/2006 12:05

Pour ma part, j'aime bien ce texte. Je le trouve plein de sensibilité. Au fond, quand une personne pour laquelle on n'a pas d'attirance tente de nous séduire, c'est du pareil au même, quel que soit son sexe.

Sister of Night 27/09/2006 01:20

Cela doit être tout autant valorisant qu'impressionnant de savoir qu'on plait ainsi aux deux sexes.
Très "touchante" votre gêne mutuelle. Elle était presque palpable.

Sister "à quand le calendrier des Dieux du Caducée avec JCB en Mister september ?"

mkdeo 26/09/2006 23:57

Cet article fait réagir beaucoup de monde!
Les homos par çi, les hétéros par là...
Ne cataloguons pas si vite , il n'ya pas un homo qui ressemble à un autre; il n'y a pas un hétéro qui ressemble à un autre, c'est tout.
C'est tout ce qu'il faut savoir : ne pas généraliser.
Je suis gay, te reverrais-je sur mon blog ? ;-)
Allez, à plus!

Jean Christophe Bataille 27/09/2006 01:23

Laisse réagir, les écrits sont faits pour ça. L'anecdote a du sel et si le type avait été une femme qui ne plaisait pas au médecin, la réaction aurait été identique. Je passerai sur ton blog qui que tu mettes dans ton lit ;)

jc 26/09/2006 09:11

toujours un pur bonheur de te lire