La franchise sur les soins

Publié le par Jean Christophe Bataille

 
 
 
 


 


 
 
 
 
Je me suis exprimé de nombreuses fois au travers des facéties sur les perversions du système social français et son coût exhorbitant pour l'économie, la croissance et l'emploi. Martin Hirsch a dit récemment son désaccord concernant la franchise sur les soins. J'avoue être partiellement de son avis. Tout d'abord parce qu'il y a un effet de seuil et qu'une fois la franchise dépassée, l'assuré peut à nouveau dépenser sans compter. Ensuite parce que les plus pauvres risquent de renoncer aux soins pour toute l'année en cours. Je reste persuadé que le système du montant de un euro par consultation non remboursable par les mutuelles créé par Xavier Bertrand sous Chirac est un bon dispositif, mais qu'il doit être corrigé. Premier défaut, son montant n'est-il pas trop faible pour les gens aisés ? Rien n'empêche en effet les assurés qui payent très cher une bonne mutuelle, d'avoir la tentation de la rentabiliser par une utilisation débridée du système de santé en ne dépensant que quelques euros. Deuxième anomalie, les bénéficiaires de la CMU ne sont pas soumis à ce montant non remboursable de un euro. Cette gratuité associée au tiers payant n'a-t-elle aussi pour effet la multiplication des consultations et des examens inutiles ? Le ticket modérateur non remboursable modulé en fonction des revenus, avec une somme plancher pour les plus démunis, ne doit-il pas être étendu à l'ensemble de la population ? Ne faut-il pas que chacun paye un peu pour sa santé ? Rendons les achats en grandes surfaces totalement gratuits, en tiers payant de surcroît, et nous verrons le gaspillage ... Sœur Emmanuelle, elle-même, avait imposé en Egypte que chaque personne bénéficiant des soins apporte au moins un petit quelque chose pour les justifier ...

 


 

Publié dans La question du jour

Commenter cet article

marithé :0010: . 26/05/2007 15:55

le lundi de pentecote pour les ainés??
le 15 aout pour les caisses de la sécu ??

ce sont des fêtes religieuses ...mais la religion se perd comme les valeurs ... alors pourquoi ne pas travailler ..


C'est vrai que pour les médicaments il faudrait pouvoir choisir sa pharmacie mais dans les petites villes, il y en a qu'une ...mais à nous d'être vigilents..

zara 26/05/2007 11:37

je suis pour..mais aussi je pense qu'on doit changer de stratégie et ai lieu de toujours préscrire des medicament, apprendre aux gens comment faire pour ne pas toujours omber malade, prendre en main leur santé...

Jean Christophe Bataille 25/05/2007 15:50

> Marithé. Parce que quand ils sont remboursés, les caisses négocient avec les laboratoires au plus serré. S'il n'y a pas remboursement, les prix se libèrent au niveau des labos mais aussi chez le pharmacien qui peut facturer ce qu'il veut. La parade est de faire jouer la concurrence en utilisant un produit moins cher quand il en existe un et de choisir sa pharmacie comme toute bonne épicerie qui se respecte ;-).

marith� :0010: . 25/05/2007 15:15

moi je voudrais savoir pourquoi les médicaments déremboursés coûtent aussi cher ..deux fois plus cher que lorsqu'ils étaient remboursés, genre zyrtec... en ce moment ....

Lynette::0038: 25/05/2007 13:44

Je suis pour une petite prise en charge de chacun, de même que devoir avancer le montant des frais, permet de mieux se rendre compte de leur coût...